Une Reprise Inquiétante des Tensions entre la Serbie et le Kosovo

Au bord du « conflit armé » selon Ana Brnabic, Premier Ministre Serbe, l’escalade entre la Serbie et le Kosovo ne pouvait pas tomber au pire moment. A quelques jours de la fin d’une année politiquement et militairement chargée, les tisons qui couvaient entre Belgrade et Pristina se sont soudainement ravivés.

Un Conflit Toujours Latent

Depuis 2008, la situation entre la Serbie et le Kosovo connaît des hauts et des bas (les hauts n’étant jamais vertigineux tandis que les bas sont toujours abyssaux). Une longue histoire unit ces deux territoires, et pour cause avant 2008, ils ne faisaient qu’un. Tout a changé lorsque le Kosovo a déclaré de manière unilatérale son indépendance, ce que la Serbie n’a à ce jour jamais reconnu.

Afficher l’image source

La question de la validité de cette déclaration unilatérale d’indépendance au regard du droit international avait été soumise à la Cour Internationale de Justice (CIJ) et dans un avis consultatif en date du 22 Juillet 2010, la Cour avait conclu que cette déclaration, qui au départ ne réglait pas la question du statut final du Kosovo ne contrevenait pas au droit international. 

Cet avis consultatif, qui comme son nom l’indique, n’a pas de valeur contraignante, n’a pas apaisé la situation. Bien que la majorité des pays aient reconnu le Kosovo comme un nouvel Etat indépendant, certains, dont la Russie ont respecté la position Serbe. Par ailleurs, une partie de la population Serbe s’était retrouvée quasiment du jour au lendemain vivant dans un autre pays. Certains, bien que ne reconnaissant pas la nouvelle indépendance Kosovare ont décidé de rester et de vivre au Kosovo en tant que Serbes. Une situation de tension larvée existe depuis lors entre ces deux pays qui se manifeste par des à-coups diplomatiques plus ou moins intenses.

La Raison de l’Escalade

Un simple risque de contravention… Il n’en aura pas fallu beaucoup plus pour que la situation des deux côtés de la frontière dégénère. Le 01 Novembre 2022, le gouvernement Kosovar avait décrété que les Serbes vivant au Kosovo et ayant un véhicule immatriculé en Serbie devaient les remplacer par des plaques Kosovares, sous peine pour les contrevenants de devoir payer une amende de 150 euros et une interdiction de conduire pendant 6 mois.

En signe de représailles, la population Serbe vivant et travaillant pour diverses branches du gouvernement du Kosovo avait dans un premier temps organisé des vagues de démissions massives ainsi que des manifestations dans différentes villes. L’Union Européenne s’était alors posée en médiatrice et un  accord avait été trouvé aux termes duquel « La Serbie va cesser de délivrer des plaques d’immatriculation serbes portant des dénominations de villes kosovares et le Kosovo va cesser toute activité pour les remplacer », avait expliqué le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Malheureusement, cela n’ avait pas suffi à faire retomber les tensions: depuis le 10 Décembre, des barrages ont été érigés aux endroits stratégiques de la frontière, la police Kosovare ainsi que les forces internationales du maintien de la paix ont subi des attaques et les forces armées Serbes ont été mises en état d’alerte. Nouveau signe inquiétant, le principal poste frontalier de Merdare a été fermé par le Kosovo après que des dizaines de manifestants du côté serbe de la frontière avaient bloqué avec des camions et des tracteurs la circulation.

Afficher l’image source

Un Enjeu Géostratégique Important

Les Etats Unis, l’Union Européenne et l’OTAN ont tous appelé les parties à la « désescalade sans condition » ainsi qu’une réouverture du dialogue entre Belgrade et Pristina. L’enjeu est non seulement local et régional mais aussi potentiellement global. En effet, l’OTAN a apporté son soutien sous forme de reconnaissance de sa souveraineté au Kosovo, appuyé en ceci par les Etats Unis, l’Union Européenne et la majorité des organisations internationales. Cependant, bien qu’embourbé dans une guerre à l’issue plus qu’incertaine, le Kremlin a réaffirmé à Belgrade au cours des dernières heures son soutien. Si d’aventure les heurts prenaient une tournure militaire, il se peut que la frontière Servo- Kosovare devienne l’épicentre du monde.

Le 28 Décembre 2022